L’impact de la guerre en Ukraine sur la production des 2 roues

1
11986

Depuis le 28 février et l’invasion russe en Ukraine, l’économie mondiale est considérablement impactée. En effet, hormis un prix à la pompe atteignant des records en France et une hausse des prix des produits agricoles de base, c’est aussi toute l’industrie de production de véhicules 2 et 3 roues qui se retrouve touchée par le conflit.

Vers une pénurie des matières premières ?

Après un ralentissement de la production de motos dû à la crise sanitaire, c’est au tour du conflit entre la Russie et l’Ukraine de peser sur la fabrication de ces véhicules. Si la Russie est principalement connue pour sa grande quantité d’exportation en énergie (gaz, pétrole), l’exportation de minerais est aussi un secteur phare de l’économie russe. En effet, celui-ci ne représente pas moins de 11 % de toute son exportation. De plus, la Russie fournit dans le monde entier des métaux tels que l’aluminium, le titane, le rhodium, le palladium ou encore le nickel.

La production de titane

Les Russes produisent environ 40 % du titane que l’on retrouve sur le marché mondial. Un coup dur pour les constructeurs de 2 roues puisque ce matériau permet la fabrication de nombreux composants d’une moto ou d’un scooter, en particulier des modèles haut de gamme : échappements, soupapes, ressorts, etc. L’envolée des prix et les difficultés à se fournir devraient donc engendrer une certaine hausse des coûts de production ainsi qu’un ralentissement de la production.

La production d’aluminium

Du côté de l’aluminium, la Russie est également une grande productrice de cette matière… Devancée par la Chine qui produit 55 % de l’aluminium dans le monde, elle est la deuxième exportatrice avec 6 % de la production mondiale. Ce matériau, utilisé pour la fabrication des bloc-moteurs ou encore des radiateurs, pourrait voir son prix augmenter significativement suite au conflit. Néanmoins, celle-ci devrait être réduite comparé à celle du titane puisque d’autres pays tels que l’Inde, la Chine ou encore le Canada en produisent, eux aussi.

Quels effets sur la production de motos ?

L’impact de la guerre en Ukraine sur la production de motos et de scooters se constate sur le manque de minerais ou de composants qu’induit le conflit. En effet, même si les usines des constructeurs de 2 roues ne se situent pas sur les régions touchées par les affrontements, celles-ci sont dépendantes de certains fabricants situés au centre des combats. C’est par exemple le cas de nombreux composants électriques confectionnés sur le sol ukrainien !

L’un des effets visibles du conflit à court terme n’est autre que l’augmentation des prix de transports. En effet, suites aux sanctions financières mises en place par l’Europe et les pays de l’OTAN, la circulation des marchandises n’est plus aussi aisée entre la Russie et le reste du monde. Par conséquent, ceci entraînant inévitablement une hausse du prix des transports… Chez le constructeur Zontes, un surcoût de 400 € est appliqué pour leur dernier scooter, tandis que chez Royal Enfield, c’est un surcoût de 120 € ! Ces augmentations s’expliquent notamment par la hausse des prix du fret maritime et elles concernent notamment les modèles haut de gamme de BMW, Triumph ou encore Ducati. En effet, ce sont des marques qui possèdent les meilleures ventes sur les segments premium.

Interrogés par le site www.motoservices.com  le constructeur Yamaha exprime son inquiétude face à la disponibilité de certaines matières premières, notamment de l’aluminium, du rhodium et du palladium, utilisés pour fabriquer des pots catalytiques permettant d’obtenir la certification Euro5. Le constructeur BMW, quant à lui, affirme posséder des fournisseurs dans le monde entier et est prêt à mettre en commun les ressources de son secteur auto et du secteur des 2 et 3 roues pour pallier à tout manque.

1 COMMENTAIRE

  1. Lu sur caradisiac.com : « … Il est vrai que nous, on a les radars « mobiles-mobiles », installés dans les voitures banalisées, qui s’étendent peu à peu à toutes les régions. »
    Je réagis à l’article sur les radars qui flashent aux violents coups de frein… Bon, ben, c’est vrai que c’est particulièrement dangereux pour ceux qui suivent à la vitesse réglementaire et qui sont obligés eux aussi de freiner comme des boeufs… Mais là n’est pas vraiment le noeud de l’affaire ; après tout, ceux qui dépassent le maxi prennent leurs responsabilités (carburants pas assez chers ? Trop de points sur le permis ? … ) ; non, moi ce qui me fait braire, ce n’est pas le radar annoncé par panneau, par Coyote, par GPS, etc. ; c’est la multiplication de voitures banalisées PRIVEES qui tournent quasiment 24h/24 pour faire du chiffre en CONSOMMANT EN PERMANENCE DU CARBURANT ET SEULEMENT POUR çA ; ça, ça me gave ; LES CARBURANTS ET L’ATMOSPHERE, en fait, les pouvoirs publics (qui ont donné cette concession au privé) s’en br… s’en fichent puisqu’on brûle du gazole pour flasher
    CQFD
    V. Rochette

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.