Conduire à Toulouse durant les pics de pollution

0
240
Vue sur un pont toulousain

Lorsque le taux de polluants contenus dans l’air atteint pendant plusieurs jours un seuil critique, considéré comme dangereux pour la santé, des mesures de circulation différenciée peuvent être adoptées. Nous vous indiquons donc comment circuler dans l’agglomération toulousaine en cas d’alerte à la pollution.

S’équiper de la vignette Crit’Air

Cet autocollant rond, appelé « certificat qualité de l’air », est à commander sur le site officiel www.certificat-air.gouv.fr pour 3.62 €, envoi compris. Méfiez-vous des nombreux sites d’arnaques qui fleurissent sur le web : malgré leur aspect sérieux, vous risquez d’attendre de recevoir votre vignette un bon moment…

Le certificat Crit’Air est-il obligatoire ? Oui, lorsque vous souhaitez circuler dans une zone où la circulation différenciée à été mise en place, durant un pic de pollution. À titre informatif, il y a eu 15 jours d’alerte dans le département de la Haute-Garonne en 2017.

Il existe 6 types de certificats, correspondant chacun à une classe de véhicule. Moins votre voiture pollue, plus vous êtes favorisé !

Que se passe-t-il durant un pic de pollution à Toulouse ?

Entre les émissions liées au trafic routier, aux industries et aux activités agricoles, tout n’est pas toujours si rose dans l’agglomération toulousaine.

C’est l’association ATMO Occitanie qui est officiellement en charge de la surveillance de la qualité de l’air à Toulouse. Lorsqu’un pic de pollution est observé, c’est d’abord une procédure d’information qui est mise en place : les personnes les plus sensibles à la mauvaise qualité de l’air sont invitées à se protéger, tandis que des recommandations sont faites pour tenter de faire diminuer les émissions polluantes.

Mais si le pic de pollution persiste et gagne en intensité, c’est cette fois-ci une procédure d’alerte qui est enclenchée :

  • Jour 1 : certaines activités agricoles et industrielles sont interdites, et la vitesse maximale de circulation est réduite de 20 km/h pour les voies normalement limitées à 90 km/h ou plus
  • Jour 2 : les mêmes mesures que pour le Jour 1 s’appliquent aux automobilistes
  • Jour 3 : en plus de la réduction de la vitesse maximale autorisée, la circulation différenciée est mise en place

Quels véhicules sont concernés par la circulation différenciée ?

Votre véhicule sera autorisé à circuler uniquement s’il est équipé d’une vignette Crit’Air 0, 1, 2 ou 3.

Pour les malheureux détenteurs d’un certificat 4 ou 5, ou pour les personnes ne possédant pas encore la vignette Crit’Air, il sera interdit de circuler dans la zone concernée. En cas d’infraction, vous risquez une amende de :

  • 68 € pour un véhicule léger
  • 135 € pour un poids lourd

Une exception toutefois à cela : les véhicules effectuant du covoiturage, avec 3 personnes au moins, pourront circuler même sans vignette ou avec un certificat 4 ou 5.

Quelle zone est restreinte d’accès durant un pic de pollution à Toulouse ?

La circulation sera différenciée à l’intérieur du périphérique toulousain, celui-ci non inclus : c’est donc la zone comprise entre l’A61, l’A62 et l’A620 qui est concernée. Il sera en revanche autorisé d’emprunter le périphérique ou encore la RD820, utile pour rejoindre l’échangeur n°33 de Sesquières.

En cas de circulation différenciée, annoncée la veille avant 19h, les usagers peuvent alors choisir de tout de même prendre leur véhicule, s’ils possèdent la bonne vignette, ou opter pour la solution des transports en commun.

Lors des pics de pollution, Tisséo met en place des tickets journées aux tarifs plus avantageux et augmente le nombre de rames aux horaires de pointe. Il est possible d’accéder au réseau depuis les stations Balma-Gramont (terminus métro A) ou Ramonville (terminus métro B), équipées de parc relais Tisséo et surtout situées en dehors de la zone de circulation restreinte !

Retrouvez toute l’info trafic à Toulouse en temps réel avec Coyote !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here