Prenez soin de votre permis de conduire

Avec le baccalauréat, il fait figure de passeport pour la liberté : le permis de conduire a une nouvelle fois subi un lifting conséquent en 2016. D’ailleurs, chaque année, ce ne sont pas moins d’1,3 million de candidats qui passent les épreuves théorique et pratique en ayant suivi des formations très différentes. Le précieux sésame en poche, il faut également veiller à soigner son capital points. Pour vous aider à faire le compte, Coyote repasse le permis.

ville ville

Obtenir son permis : roulez jeunesse !

Plus jeune, vos parents vous disaient « Passe ton bac d’abord ! » quand vous ne rêviez que du permis de conduire. Et pourtant, ce précieux sésame roulant n’en est pas moins difficile à obtenir puisque tous les ans, ce sont près de 600.000 apprentis pilotes qui se cassent les dents sur l’épreuve pratique. Quelles sont les modalités d’obtention du permis de conduire ? Les différentes formations ? Les tarifs ? Coyote se met au volant.

L’épreuve théorique du permis de conduire


permis de conduire theorique Le Code de la route est le point de passage obligé avant de vous mettre au volant de votre véhicule. Distances obligatoires de sécurité, différence entre les feux de croisement et les feux de route, comportements des conducteurs sont autant de sujets qui sont abordés lors de l’épreuve.

Pour obtenir votre Code de la route, il faut répondre correctement à au moins 35 des 40 questions qui vous seront posées.
En mai 2016, 1000 nouvelles questions ont été intégrées dans le cadre de la réforme du permis de conduire, avant d’être retirées provisoirement suite à la chute du taux de réussite à l’examen.
Cette même réforme du permis de conduire a entrepris de désengorger les centres d’examen en permettant de passer l’épreuve théorique du permis de conduire dans 1.500 centres partenaires, comme La Poste.

La présentation à l’examen coûte 30€. Une fois votre Code de la route obtenu, vous disposez de cinq ans pour passer votre permis de conduire. Voilà qui devrait suffire à vous faire la main… sur le frein à main !

Les différentes méthodes de formation au permis

La méthode la plus performante


permis de conduire pratique Après la théorie, place à la pratique ! Il existe plusieurs façons de vous préparer au passage du permis de conduire, la plus répandue étant l’auto-école. D’une durée minimale de 20h, cette formation, supervisée par un moniteur, commence par une première évaluation dont l’objectif est d’estimer le temps nécessaire de formation.
…un taux de réussite légèrement en-deçà de 60%.
En moyenne, il faut aux aspirants conducteurs 35h de cours de conduite avant d’obtenir le permis, avec un taux de réussite légèrement en-deçà de 60%. C’est également la méthode la plus coûteuse avec un prix moyen de 1600€, selon le rapport Gilbert datant de 2014.

La méthode la plus performante :

C’est l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC), également appelé conduite accompagnée, qui présente le taux de réussite le plus important à l’examen du permis de conduire, avec plus de 75% de reçus en 2016. Un taux considérablement plus élevé que le taux de réussite global !

Cette formation ouverte dès l’âge de 15 ans vous permet de passer le permis à 17 ans et demi. Elle réduit en outre la période probatoire du permis de 3 à 2 ans. Néanmoins, vous devrez tout d’abord vous acquitter d’une formation de 20h en auto-école, avant de parcourir 3.000km sur une année en étant supervisé(e) par un conducteur ayant au moins cinq ans de permis sans interruption.

Sa cousine, la conduite supervisée, présente les mêmes modalités d’obtention ainsi que des taux de réussite comparables. Elle est néanmoins ouverte aux personnes majeures et n’offre aucune réduction du délai de probation.

La méthode la moins coûteuse :

Les plus ambitieux – ou phobiques des auto-écoles – pourront également passer le permis en candidat libre. Pour ce faire, vous pouvez louer une voiture à double commande, sous réserve d’avoir effectué au moins 20h de cours de conduite et d’être accompagné par un titulaire du permis de conduite depuis au moins cinq ans.

Cette méthode, bien moins coûteuse que la formation en auto-école avec des forfaits 30h autour de 400€, offre une grande flexibilité, mais invite à la patience : les candidats libres au permis de conduire ne sont pas prioritaires à l’examen !

L’épreuve pratique du permis de conduire

Après de nombreuses heures de formation et quelques centaines de kilomètres avalés, vous voilà fin prêt(e) à passer l’épreuve du permis de conduire. Un examen particulièrement stressant qui, pourtant, dure en tout et pour tout 32 minutes.

L’épreuve pratique du permis de conduire s’articule autour de deux axes : la conduite et la connaissance du véhicule. Ainsi, vous roulerez environ 25 minutes et effectuerez deux manœuvres spécifiques lors de l’examen. Enfin, l’examinateur vous posera deux questions sur le véhicule (habitacle, extérieur…).

Et si vous faites désormais partie de 850.000 reçu(e)s au permis B, il ne vous reste plus qu’à prendre soin de votre petite carte rose !

L’épreuve du permis moto


Pour passer le permis moto, 2 méthodes s’offrent à vous. Vous pouvez soit vous inscrire dans une moto-école, soit le passer en candidat libre en vous inscrivant dans votre préfecture.

Le déroulement du permis moto se fait en 3 étapes :
  • L’examen théorique : le code. Il dure 40 minutes et peut être individuel ou collectif. Sont exemptées, les personnes ayant obtenu un code depuis moins de 5 ans.
  • L’examen pratique hors circulation : le plateau. Il dure environ 1 heure et se déroule en plusieurs épreuves à réaliser sur des parcours tirés au sort (avec ou sans l’aide du moteur, à vitesse lente ou rapide).
  • L’examen pratique en circulation : la route. Une fois que le candidat a réussi les deux épreuves précédentes, il devra effectuer un parcours de circulation de minimum 30 minutes. Il est important de noter que depuis 2013, il est obligatoire pour les candidats d’être correctement équipés. Casque homologué, blouson, pantalon et gants adaptés.
Pour tout savoir sur les amendes et contraventions à moto et éviter la perte de votre permis, rendez-vous sur le guide des infractions à moto.

Permis à points : le compte est bon


points permis de conduire Depuis 1992, le permis de conduire est doté d’un capital de douze points variant au « gré » des infractions au Code de la route commises par le titulaire. Ainsi, 12,5 millions de points ont été retirés en 2014, un chiffre en constante augmentation depuis l’instauration du permis à points. Quelles sont les infractions qui coûtent cher ? Où consulter son solde de points ? Comment les récupérer ? Coyote fait le(s) point(s).

Pour vous éviter ces retraits de points, les avertisseurs Coyote vous aident à respecter les limitations de vitesse.
permis de conduire pratique
12,5 millions de points ont été retirés en 2014

Jusqu’à six points en moins

Les infractions au Code de la route sont sanctionnées de retraits pouvant aller de 1 à 6 points. Ce sont les grands excès de vitesse et la récidive qui sont les plus lourdement punis : un excès de vitesse supérieur à 50 km/h occasionne un retrait de six points sur votre permis de conduire.

Pour tout savoir sur les infractions, les amendes et les retraits de point, nous vous invitons à parcourir notre dossier « Infractions : on fait le point ! » régulièrement mis à jour par la rédaction.

Consulter le solde de points sur son permis

Désormais, plus besoin de vous déplacer à la préfecture ou de vous lancer dans des comptes d’apothicaire pour savoir combien de points il vous reste sur votre permis. Mis en place par le Ministère de l’Intérieur, le téléservice Télépoint vous permet de consulter votre solde à tout moment et en temps réel.

Pour ce faire, il vous suffit de vous munir de votre numéro de permis et du code secret remis en même temps que votre permis s’il est postérieur à novembre 2013, ou demandé par courrier à la préfecture. Il vous est également possible de demander le relevé de points par courrier.

Faire le plein de points : la récupération automatique

Les points perdus sur le permis de conduire peuvent être récupérés de manière automatique dans un délai de 6 mois à 3 ans en fonction des infractions commises.
Ainsi, si vous perdez un point et ne commettez aucune infraction pendant six mois, votre point est récupéré de manière automatique.

Il vous reste moins de 11 points sur votre permis de conduire ? Vous devrez ne commettre aucune infraction sanctionnée d’une contravention de 1ère, 2ème ou 3ème classe au Code de la route durant deux ans pour récupérer l’intégralité de vos points.

La récupération des points à la suite d’une contravention de 4ème ou 5ème classe n’intervient qu’au bout d’une période de 3 ans aucunement sanctionnée par une infraction. Ces infractions concernent, entre autres, le téléphone au volant, le non-port de la ceinture, l’alcoolémie au volant ou encore des excès de vitesse compris entre 20 et 50 km/h.

Faire le plein de points : les stages de récupération

En deçà de 8 points, il est vivement recommandé d’effectuer un stage de récupération de points. Ces formations, d’une durée de 14h, vous permettent de récupérer 4 points, sans jamais excéder les 12 points, et dans la limite d’un seul stage par an.

Lors de ces stages, pas question de démontrer vos prouesses techniques au volant : il s’agit avant tout de sensibiliser les 10 à 20 élèves accueillis à la sécurité routière et au respect du Code de la route. Ces stages ne sont évidemment ouverts qu’aux titulaires du permis de conduire. Si votre permis a été invalidé, il vous faudra repasser l’examen dans son intégralité.
il faut en moyenne compter 250€ pour pouvoir remettre la main sur ces quatre précieux points. Privilégiez les centres agréés par votre préfecture
. Comme pour le permis de conduire, les tarifs des stages de récupération de points varient d’un centre à l’autre ;

Code de la route : ce qui change en 2017

L’an passé, le Code de la route s’est refait une beauté : nouvelles questions, nouvelles modalités d’obtention, un changement en profondeur qui s’est d’ailleurs traduit par un effondrement du taux de réussite. En outre, ce début d’année est l’occasion de lever le voile sur les nouvelles infractions. Pour tout connaître des nouveautés 2017 du Code de la route, suivez le guide !

La réforme du Code de la route


reforme permis de conduire Intouchée depuis 1998, l’épreuve théorique du permis de conduire a connu une importante réforme entrée en vigueur en mai 2016. Au menu, 1000 nouvelles questions réparties en 10 thématiques qui mettent en lumière les nouveaux enjeux de la conduite.

Désormais, il ne s’agit plus seulement de connaître par cœur le Code de la route mais aussi de mieux appréhender l’environnement de conduite et les dangers.
Sécurité, premiers secours, partage de la route ou encore éco-conduite sont autant de sujets abordés dans ces nouvelles questions, qui bénéficient par ailleurs de nouvelles prises de vues vidéo ou aériennes.
Autre point crucial de cette réforme, la possibilité de passer l’examen dans l’un des nouveaux organismes partenaires afin de réduire de moitié les interminables délais d’attente entre deux présentations à l’examen. Le quota de places a également été supprimé. Rater son Code n’est plus une fatalité !

Envie de vous exercer ? Découvrez ou redécouvrez notre quiz spécial nouveau Code de la route !

De nouvelles infractions font leur apparition

La loi de modernisation de la justice, également appelée J21, a introduit en fin d’année dernière de nouvelles sanctions, parmi lesquelles la saisie du véhicule dans le cas d’un excès de vitesse important, une peine allant jusqu’à cinq ans de prison pour un permis de conduire falsifié ou encore la possibilité de sanctionner les conducteurs au volant d’une voiture de fonction.
Grâce aux assistants d’aide à la conduite Coyote, vous êtes alerté en temps réel des dangers de la route vous évitant ainsi les infractions.

En 2017, sept nouveaux procès-verbaux pourront être adressés sans avoir préalablement arrêté le véhicule – la constatation de l’infraction se fera par captation vidéo ou « à la volée ». C’est le cas notamment pour l’usage du téléphone au volant, le non-port de la ceinture de sécurité et du casque, le franchissement d’une ligne continue ou la circulation sur la bande d’arrêt d’urgence.
Autre nouveauté 2017, l’interdiction des vitres sur-teintées à l’avant d’un véhicule – hormis si cela est nécessaire pour des raisons de santé.
Cette infraction, qui sera sanctionnée d’une amende forfaitaire de 135€ et d’un retrait de 3 points sur le permis de conduire, ne concerne pas moins de deux millions de véhicules. Désormais, les vitres avant de votre voiture devront respecter un taux de transparence de 70% minimum. Le hic : les équipements ne permettent pas de contrôler ce taux de transparence. Néanmoins, si vous vouliez la jouer incognito, c’est terminé !

retourRetour