Paris : bientôt la mise en place de radars de covoiturage

2
3217
Personnes qui covoiturent

Mesure présente dans le programme pour les élections municipales par Anne Hidalgo, la voie de gauche du périphérique parisienne devrait bientôt être dédiée aux « mobilités vertueuses », entendues au covoiturage, aux véhicules propres et aux transports en commun.

Radars de covoiturage : un défi technologique

Comment s’assurer qu’une mesure comme la voie de gauche dédiée aux « mobilités vertueuses » sera respectée ? C’est la question que se pose actuellement la Ville de Paris. Pour y répondre, plusieurs sociétés sont en train de plancher sur un tout nouveau type de radar. Cet équipement devra être capable de :

  • Détecter le nombre d’occupants d’une voiture à l’avant et à l’arrière ;
  • Différencier une personne d’un mannequin ;
  • Faire des clichés des véhicules ;
  • Fonctionner jour et nuit ;
  • Lire la plaque d’immatriculation ;
  • Détecter les passagers à l’arrière d’un deux-roues motorisé ;
  • Repérer la vignette Crit’Air ou celle d’un VTC.

Ce nouveau radar devrait être testé dès la rentrée au niveau de la porte de Montreuil pour vérifier que les automobilistes circulant sur la voie de gauche ne sont pas seuls. L’expérimentation du radar de covoiturage permettra de tester en situation réelle cette technologie et d’inciter les Franciliens à ne plus voyager seuls dans leur automobile. Le projet parisien pourrait faire des émules : les municipalités de Lyon, Bordeaux et Lille cherchent elles aussi des solutions pour mettre en place la loi d’orientation des mobilités adoptée en décembre 2019.

2024 : la voie de gauche pour les mobilités vertueuses

Pour les Jeux olympiques de 2024, la mairie de Paris souhaite créer une Olympic Lane sur les 35 kilomètres du boulevard périphérique afin de faciliter les déplacements pour les athlètes et les délégations. Après la manifestation, cette voie se transformerait en voie 100 % dédiée aux mobilités vertueuses.

Repenser le périphérique parisien

Pollution, nuisances sonores, « frontière » entre Paris et ses communes limitrophes : le périphérique parisien, inauguré en 1973, est devenu un problème pour la Ville de Paris. Outre la voie de gauche réservée au covoiturage, aux transports en commun et aux véhicules, plusieurs scénarios sont envisagés comme :

  • L’abaissement de la vitesse à 50 km / h pour permettre aux cyclistes d’en devenir usagers ;
  • La généralisation de la couverture du périphérique grâce à des opérations immobilières comme cela avait été le cas dans les années 2000 au niveau des portes de Vanves, des Lilas et de Champerret.

2 Commentaires

  1. Cette nouvelle Mobilite, est une arnaque de l’état pour obliger l’île de France aux transports en commun entre les voies bus sur les pénétrantes et les voies de covoiturage, le commun des mortels non électrique ou a 3 dans voitures seront dans les embouteillages pour ensuite finir dans les ZFE où seule les voitures avec une vignette crit air bien côté aura le droit d’entrée

  2. « La généralisation de la couverture du périphérique grâce à des opérations immobilières comme cela avait été le cas dans les années 2000 au niveau des portes de Vanves, des Lilas et de Champerret. » .. On voit bien là l’inconscience totale de cette Mairie de bobos gauchos.. Imaginez 5 minuties un accident grave avec un incendie .. Combien de morts brûles vifs au final ? Quelle idiotie !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.