Idée reçue : la voiture électrique pollue

22
7999
Voiture électrique en charge

Il est souvent reproché à la voiture électrique de polluer autant si ce n’est plus qu’une voiture thermique classique. Et, pour évaluer la pollution d’un véhicule, de nombreux critères sont à prendre en compte.
En effet, la fabrication de la batterie, l’usage quotidien et le démantèlement d’une voiture déterminent son empreinte environnementale et nous permettent d’évaluer si ce modèle d’automobile est vraiment plus écologique que l’essence ou le diesel !

Une voiture électrique pollue moins qu’une voiture thermique

Avec le développement croissant du marché de l’automobile électrique, nombreux sont les réfractaires à la voiture électrique qu’ils considèrent comme plus polluante qu’une voiture thermique classique. En effet, il paraîtrait utopiste d’estimer que conduire un véhicule motorisé ne pollue pas… Il convient donc d’évaluer et de trouver quel est le mode de transport le plus écologique pour la planète !

A savoir, l’arrivée de ce nouveau type de véhicule sur les routes a amené les instituts d’étude à de nombreuses recherches qui souvent, n’allaient pas dans le même sens. Il était alors compliqué de se faire un avis objectif sur le sujet…

Par exemple, l’Agence de la transition écologique (ADEME) a d’abord déclaré en 2016 qu’une voiture électrique avait un impact 25 % plus polluant sur la planète qu’un véhicule diesel ! Pourtant, en 2017, ils réfuteront leur propre étude en estimant qu’en France « les émissions de gaz à effet de serre induites par la fabrication, l’usage et la fin d’un véhicule électrique sont actuellement 2 à 3 fois inférieurs à celle des véhicules essence et diesel ».

Aujourd’hui, grâce à l’outil d’une ONG bruxelloise nommé Transport et Environnement, on peut désormais comparer les émissions polluantes des voitures électriques et thermiques de chaque pays. Cet outil, prend dans un premier temps en compte les quantités de CO2 émises lors de la production d’électricité ou de la combustion des combustibles. Et dans un second temps, l’impact carbone de l’extraction des ressources.

Les résultats de cette étude le montrent, les voitures électriques polluent trois fois moins que les véhicules thermiques ! Si l’on prend le cas de la France, qui produit son énergie électrique à l’aide du nucléaire et des énergies renouvelables, les voitures électriques françaises polluent jusqu’à 74 % moins que des véhicules diesel ou essence ! Aussi, plus l’énergie électrique est propre, plus la solution de l’automobile électrique est pauvre en carbone et donc plus écologique pour la planète !

Pourquoi la voiture électrique pollue moins ?

Les voitures thermiques classiques sont responsables de l’émission de nombreuses particules fines toxiques pour l’homme. Elles sont classées selon leur taille, allant de PM10 pour les plus grosses à PM0.1 pour les ultras fines. A noter, les plus fines sont malheureusement les plus dangereuses pour la santé, car elles peuvent s’infiltrer dans les poumons ou dans le sang… A ce jour, on estime que ces particules fines provoquent environ 48 000 morts par an.

De plus, le grand point fort de la voiture électrique en terme écologique est qu’elle n’émet pas de polluant. En effet, il n’y a aucune combustion dans un moteur électrique donc aucun pot d’échappement ! Toutefois, un modèle électrifié émet tout de même quelques particules fines au freinage ou à l’usure des pneus, mais dans un nombre bien moindre in fine qu’un modèle thermique !

Mais ce n’est pas tout ! La fabrication des batteries représente certes une pollution conséquente de l’industrie de l’automobile électrique. En effet, fabriquer des batteries lithium-on nécessite des terres rares et des métaux tels que du cobalt, du nickel ou encore du lithium.

On estime que la fabrication des batteries représente 40 % de l’empreinte environnementale d’un véhicule électrique. C’est donc le gros point faible de ce type de véhicule. Néanmoins, les nombreuses innovations proposées chaque année par le marché de l’automobile laissent entrevoir une diminution de l’empreinte environnementale liée à la production des batteries dans les années à venir ! Et, pour la diminuer, il est nécessaire de veiller à encadrer une meilleure production des ressources nécessaires à une batterie de voiture électrique, mais également de développer un meilleur recyclage !

Vous l’aurez compris, malgré de nombreux détracteurs, la voiture électrique s’impose comme le mode de transport motorisé le plus propre, et en particulier dans les pays avec une production d’énergie électrique décarbonée !

22 Commentaires

  1. Si le moteur électrique est une merveille (rendement excellent,silence,puissance) ,la partie batterie des voitures électriques est une hérésie qui nous ramène au temps des diligences. Lorsque l’on parle d’une autonomie de 500 Km pour les meilleurs (Tesla avec 600 kg de batterie tout de même), j’aimerais savoir dans quelles conditions . Prenons par exemple le pire , quatre personnes à bord,quatre valises, en hiver et sous la pluie. Gageons que vous n’irez pas bien loin sans recharge. Sur un thermique ces conditions influent aussi mais dans de proportions qui n’ont rien à voir. Ainsi mettons au départ une Tesla gonflée à bloc, un 2008 HDI avec le plein pour faire un trajet de 800 Km. Et bien le 2008 dans tous les cas de figure arrivera bien avant la Tesla puisque qu’avec un réservoir (45 L) et une consommation de 5,1 l aux 100 Kms il n’aura même pas de plein à faire. Je parle de cette voiture parce que je la connais ,je ne suis pas sponsorisé par Peugeot. Vu d’une autre façon ,il y a plus d’énergie dans 45 l de GO que dans 600 Kg de batterie. Vous avez dit progrès ? Oui les diligences électriques en ont encore à faire avant d’égaler les derniers thermiques.

  2. Tout a fait d’accord avec Bouscaren, je pense que coyote est parti pris pour l’électrique à fond dans le sens du gouvernement son tenir compte des matériaux composant les batteries (Nickel-lithium- cobalt) et de leur extractions. Aujourd’hui vous feriez mieux de diriger les gens vers l’hydrogène qui est l’avenir que le tout électriques .

  3. Si l’on désire réellement baisser les émissions de carbone, pourquoi privilégie-t-on l’essence sur le diesel, moins émetteur? Pourquoi ferme-t-on les centrales nucléaires?
    Si l’on désire réellement lutter contre les particules, pourquoi raconte-t-on encore, comme dans votre article, que le diesel en émet alors que ce n’est plus vrai? Un diesel récent nettoie l’air des villes, il l’aspire avec ses particules et restitue un gaz filtré.
    Si l’on est de bonne foi dans ce débat, pourquoi compare-t-on les diesels d’il y a 10 ans avec ce que seront peut-être les batteries de demain, comme cela est fait dans l’article?
    Pourquoi le diesel a-t-il connu un tel essor? Parce que les écologistes l’ont préconisé dans les années 70, car à l’époque un diesel était une punition, bruyant, lent, puant, fumant. Ce qu’ils n’avaient pas prévu, c’est le fantastique développement dont les industriels ont été capables. Maintenant qu’il est meilleur à tout point de vue que l’essence, bien sûr il devient la bête noire.
    Il y en a tout simplement ras le bol de ces apprentis tyrans.
    La voiture électrique c’est tout simplement la fin de l’automobile que nous aimons, symbole de liberté, objet vivant, partir à tout moment et n’importe où. Allez donc faire un « raid » en Afrique (comme je l’ai fait étudiant) avec votre foutue voiture électrique. Allez donc faire un déplacement urgent quand votre batterie est vide et qu’il faut 36 h à la maison pour la recharger. Allez donc tirer une remorque.
    Bien sûr en multipliant les entraves à la circulation, on fait tout pour que même la voiture thermique ne soit plus ce qu’elle était. C’est sans doute le but, d’ailleurs. En réduisant sans arrêt les vitesses (on ira bientôt plus vite à pied), on augmente l’autonomie de la voiture électrique tout en la maintenant dans le flot.

  4. J’aimerai lire un SIMPLE article qui indique de quoi est composée et où est fabriquée une batterie pour une voiture électrique. Et bien sur, où est stockée cette même batterie après sa fin de vie. Le bilan carbone ne sera pas loin de celui d’un diésel. Merci pour une future recherche intelligente sans pression de lobby ou d’écologistes-bobos.

  5. Bonjour
    Sur la portion autoroute séte montpellier indications aléatoires Vitesse autorisée à 130 km/h le coyote annonce 110km/h 130km/h ce qui laisse des doutes de vitesse à adopter !

    • Bonjour Marc,
      La cartographie de votre boitier ou application est-elle bien à jour ? 🙂
      Je reste à votre disposition.
      Très bonne journée,
      Vanessa de Coyote

      • Bonjour Dominique,

        Vous avez rencontrez des erreurs de limitation de vitesse ? Utilisez-vous une application ou un boîtier ?

        Merci de votre retour.

        A très vite,
        Mélanie de Coyote

  6. Bonjour, je trouve votre analyse assez simpliste et pour le moins incomplète. Vous opposez electrique et thermique, ce qui n’est pas le problème : si vous avez un moteur thermique qui roule au bio GNV et un moteur électrique qui roule avec de l’électricité produite par une centrale à charbon, le match ne sera pas le même. Pour ce qui est de l’électricité nucléaire, il faudra prendre en considération la construction de nouvelles centrales nucléaires et le retraitement final des combustibles ainsi que les couts de démantèlement de tous ces équipements(par ailleurs qui est prêt à habiter près d’une centrale nucléaire ou un centre de traitement des déchets), pour le solaire et l’éolien, il faudra tenir compte du recyclage des mastodontes de métal et de béton chargés de dompter le vent (durée de vie de 20ans dont personne ne parle) et ou recyclage des panneaux photovoltaïques (dont personne ne parle non plus).
    Je pense que la solution 100% électrique qu’on souhaite nous imposer, n’est pas la bonne et ne devrait pas être tant plébiscitée. Je pense qu’actuellement la solution électrique n’est pas la bonne et ne doit pas être hégémonique . Laissons une place au bio GNV produit localement et consommé localement.
    https://www.gaz-mobilite.fr/actus/etude-acv-filiere-gnv-francaise-devance-europe-evaluation-des-gaz-effet-de-serre-2389.html

    • Bonjour
      Je doute que les capacités de production du BIO GNV puissent être en mesure de satisfaire la demande. N’oublions pas que ce sont des dizaines de millions de véhicules qui doivent être alimentés et les capacités de production actuelles sont ridiculement faibles.
      Par ailleurs, le GNV, même bio, produit du gaz à effet de serre pendant toute la vie du véhicule, ce qui n’est pas le cas des voitures électriques qui n’en produisent qu’à la fabrication (du moins en France, ou l’électricité est de presque totalement décarbonée). Par ailleurs, tous les constructeurs de véhicules électriques investissent actuellement massivement pour éliminer la production de gaz à effet de serre lors de la production et éliminer ainsi la principale critique contre les véhicules électriques. Ce n’est pas si difficile, il suffit d’alimenter les usines en électricité décarbonée

  7. Les batteries utilisent des terres et métaux rares dont les conditions d’exploitation sont parfois déplorables !
    l’extraction est parfois faite par des enfants ,les conditions de travail avec très peu de sécurité et des salaires très faibles.
    Ces matières premières ne sont pas inépuisables !
    Le sujet du recyclage est rarement abordé dans le détail hormis le fait de dire « améliorer le recyclage ».
    Que fait- on des batteries obsolètes aujourd’hui ? On procède à l’enfouissement comme avec les déchets nucléaires ?
    Pour moi le tout est électrique n’est pas une solution durable .

    E.M

    • Bonjour
      Vos critiques étaient pertinentes voici 5 à 10 ans. Aujourd’hui, elles le sont beaucoup moins.
      En effet:
      1/ Les constructeurs ont mis en place des filières d’approvisionnement de cobalt (puisque c’est bien de ce matériau qu’il s’agit) qui éliminent le travail des enfants. Par ailleurs, les batteries modernes utilisent de moins en moins de cobalt et pourront s’en passer totalement dans un proche avenir.

      2/ 95% des matériaux composant une batterie sont recyclables et actuellement recyclés. C’est d’ailleurs une contrainte européenne et c’est bien normal. Par exemple, le lithium utilisé dans les batteries est réutilisable à l’infini. Aucune batterie de voiture n’est aujourd’hui enfouie. Dans un premier temps, elles sont utilisées comme « piles » de stockage terrestre pour stabiliser les réseaux. Cela permet de prolonger leur durée de vie d’une dizaine d’années. Ensuite elles sont intégralement démantelées et recyclées.

      Le tout électrique est donc bien une solution durable, du moins pour la voiture individuelle (pour les poids lourds, c’est moins évident…pour le moment)

  8. Abonné Coyote, je ne suis pas du tout d’accord avec cet article.

    La voiture électrique est un désastre pour l’écologie et pour notre industrie.

    L’étude prend en compte pour ses % de pollution l’ensemble des voitures thermiques, y compris des anciens modèles très polluants.
    Or, les nouvelles normes Diesel et Essence sont tellement contraignantes, qu’une voiture, même Diesel neuve en 2021, pollue énormément moins qu’une voiture Diesel du début des années 2000.

    Entre un Diesel récent et une voiture électrique, le Diesel récent est meilleur pour la planète, car pollue très peu, et n’a pas le désastre pour la planète qu’est la batterie et tous ses métaux rares qu’on va chercher en polluant des régions entières. Mais comme on ne fait pas ça en bas des fenêtres des bobos qui vont acheter la dernière Zoé …

    • Bonjour
      Je pense que vous êtes mal renseigné. Les voitures diésel ou essence, même produites en 2021, polluent beaucoup plus que les voitures électriques. Avez-vous pris en compte toute la chaine du pétrole, depuis son extractions jusqu’à sa consommation?
      En effet, pour faire rouler une voiture à essence, il faut extraire le pétrole, ce qui pollue l’atmosphère et l’environnement autour des puits. Il faut ensuite le transporter, sur d’énormes tankers qui utilisent l’un des carburants les plus sales au monde, un résidu visqueux du pétrole, lourd et difficile à brûler. Parfois ces tankers ont la mauvaise idée de dégaze en mer, ou pire encore de couler en créant des marrées noires catastrophiques. Arrivé dans le pays de destination, le pétrole brut doit être raffiné, nouvelle étape très génératrice de gaz à effet de serre, puis il est acheminé vers les pompes à essence en camions citernes alimentés au diésel.
      Le tout, pour reprendre vos propos, représente « un désastre pour l’écologie » bien pire que celui de la voiture électrique dont, rappelons-le, tous les composants sont recyclables, y compris la batterie que l’on peut réutiliser à 95%.
      Toutes les études récentes, dans l’ensemble des pays industrialisés, vont dans le même sens et confirment mes propos.

  9. Et les 2000 litres d’eau pour extraire une seule petite tonne de lithium on en parle ?? !!!! , Les territoires d’exploitation de lithium sont réduits à l’état de désert une fois l’exploitation finie , tout cela ce situant en Amérique du Sud ou autre on n’en a que faire , quand à dire que les moteurs thermiques polluent aujourd’hui ce n’est plus le cas .
    Même les nouveaux moteurs essence sont montés avec un Filtre à Particules .
    Résultat après mesures sur le périphérique parisien les freins et les pneus émettent plus de particules fines que les moteurs eux- mêmes , un comble .
    Aujourd’hui 71 % des gazs à effet de serre sont dûes à l’industrie mais cela personne n’en parle !!
    Il est tellement plus facile de faire du chantage au chômage et faire culpabiliser les utilisateurs de voitures thermiques que de faire vraiment payer les industries les seuls vrais responsables .
    Quant à comparer les rejets d’un diesel avec un essence ou un électrique ou un hybride , il n’y a que des ignorants pour le faire .
    Quand vous avez appris la mécanique et le fonctionnement du moteur thermique à l’école et travaillé en entreprise alors vous seuls vous apercevez du mensonge et du dénigrement des moteurs thermiques.
    Une dernière chose à préciser je n’ai rien contre les voitures électriques mais actuellement les voitures avec batteries sont pires que les thermiques , la seule alternative actuellement
     » potable  » le moins étant le moteur à hydrogène .
    Seul remède à trouver pour plus tard des matériaux plus écologiques à trouver et recycler .
    Et faire vraiment enfin payer les véritables pollueurs , les industries !!!!!

    • Bonjour
      Vous avez sans doute raison concernant les industries, elle ont beaucoup d’efforts à faire pour mieux respecter l’environnement. Cependant, l’industrie ne représente « que » 18% des émissions de CO2 dans le monde, contre 25% pour les transports. Le problème n’est donc pas aussi simple que vous le pensez.

      Par ailleurs, on peut avoir étudié la mécanique et le fonctionnement d’un moteur thermique (c’est mon cas) et pour autant lui préférer le moteur électrique fonctionnant sur batteries qui n’est pas du tout, comme vous le pensez, « pire que les thermiques ». Renseignez vous sur les technologies les plus récentes et vous verrez.

      Enfin, vous vous trompez également concernant l’hydrogène. Actuellement, pour des raisons économiques, l’hydrogène est issu à 95 % de la transformation d’énergies fossiles, dont pour près de la moitié à partir du gaz naturel. Donc pas vraiment une énergie propre. L’hydrogène obtenue par électrolyse de l’eau ne représente que 5% de la production, et ne peut-être considérée comme « propre » qu’à condition que l’électricité utilisée pour la produire soit décarbonée, ce qui est loin d’être toujours le cas.

      • Bonjour,
        Vous êtes plein de contradiction. Expliquez moi pourquoi l’électricité utilisée pour produire l’hydrogène ne pourrait pas être décarbonée alors que l’électricité utilisée directement comme carburant pour les voitures serait elle toujours décarbonée………..?
        Il ne faut pas être dans la fascination vis à vis de la voiture électrique.

  10. Et polluer la planète via l’électricité d’origine nucléaire pendant plusieurs milliers d’années…cela ne compte pas ? Aujourd’hui l’électricité est d’origine nucléaire à 85 % et les déchets « nucléaires » ne comptent pas… Chouette ils sont décarbonés…mais radioactifs pendant des millions d’années. Alors votre choix : la peste ou le choléra ?

  11. Cet article est truffé d’erreurs et d’approximations, affirmant sans démontrer! Tout d’abord le carbone n’est pas un polluant mais une brique de la vie sans laquelle, notamment, il ne pourrait y avoir de végétation et donc d’oxygène sur terre; ensuite une voiture est faite pour se déplacer et tous les pays européens ne fonctionnent pas au nucléaire par ailleurs décrié par les écolos-fachos-bobos; les études récentes que l’auteur de l’article semble ignorer, ont montré que la voiture électrique par l’augmentation de la masse qu’engendre le recours aux batteries augmente significativement les émissions de particules fines par remise en suspensions des particules présentes sur le réseau routier (plus de 40% des émissions);la (vraie) pollution engendrée par les métaux rares est dantesque mais on l’ignore car elle se fait ailleurs, sans compter le travail d’enfants dans les mines au Congo dans des conditions telles qu’il s’agit d’un véritable crime contre l’humanité; enfin, en l’état actuel des technologies qui n’évoluent pas aussi vite qu’on le proclame l’usage de la voiture électrique reste très limité eu égards à la VRAIE autonomie de ces lessiveuses à roulettes, à l’indisponibilité des bornes de recharges, à l’obligation de planifier chaque voyage et à un temps de recharge digne du temps des diligences (on imagine les jours de grands départs où même avec un temps de recharge « rapide » de 20 minutes, il faudra faire 2 à 5 heures de queue pour accéder à un chargeur; on râle déjà quand il faut faire la queue 10 minutes pour faire un plein d’essence qui dure moins de cinq minutes les jours de grands départs); ce n’est pas pour rien que cette technologie en vogue au début de XX -ème siècle a rapidement été abandonnée au profit du moteur à combustion. Après le dieselgate on verra dans quelques décennies l’electricgate, les pouvoirs publics renouvelant systématiquement leurs erreurs.

  12. La voiture électrique a besoin de mini 45000 km pour être moins polluante qu’une thermique ( étude canadienne sur le sujet )
    Quand à l’électricité decarbonnee cela m’intéresse de savoir depuis quand en France nous n’avons plus besoin de centrale carbonée ( Saint Avold par exemple) ?
    Le nucléaire est-il propre ? En France 75% en provient et les ecolos n’en veulent pas les mêmes qui veulent le tout électrique !
    Vous me faites bien rire et encore je ne parle pas de la pollution que l’on exporte à l’étranger ou l’on cherche les métaux rares !
    J’attends de voir les Français en tout électrique l’hiver pour aller aux sports du même nom en carafe sur le bord des routes !!

  13. Avant d’affirmer que la voiture électrique est propre, allez voir entre autre chose, dans quelles condition sont extrais les matériaux qui servent à la fabrication des batteries.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.