Etat des routes françaises : le bilan

22
12122
bilan état des routes françaises

Le Ministère des Transport, à l’occasion des Assises Nationales de la Mobilité, a commandé aux cabinets Nibuxs et IMDM, une étude de l’état des routes nationales.

Elle dévoile un inquiétant bilan…

Un audit de l’état des routes commandé par le Gouvernement

Cet audit concerne les routes non concédées, dont l’état français est propriétaire et responsable de l’entretien.

Il a pour but d’aider l’Etat à définir une stratégie d’entretien et de rénovation du réseau routier à court, moyen et long terme.

Il s’agit d’un réseau long de 21 000 km (9000 km d’autoroutes et 12 000 km de routes) où se concentre 18.5% du trafic. Il est emprunté chaque jour par plus de 4 millions de personnes.

Cela en fait le premier patrimoine de l’Etat, d’une valeur de 140 milliards d’euros.

17% des routes nécessitent des réparations structurelles

Les chaussées se dégradent de manière inévitable sous l’effet du trafic et des conditions climatiques. On peut classer les dégradations les plus courantes en deux grandes catégories : superficielles et structurelles. Les premières apparaissent au niveau de la couche de surface de la chaussée et sont en général de petites fissures ou une légère usure de la couche de roulement. Elles affectent en premier lieu le confort et l’adhérence.

En revanche, les dégradations structurelles apparaissent dans la structure même de la route et sont, elles, réellement dangereuses. Il s’agit par exemple de nids de poules, de fissures profondes, de faïençages ou encore d’affaissements.

Plus de la moitié des chaussées exigent des réparations depuis 2012, dont 17% des réparations structurelles, soit 2040 km de routes.

1 pont sur 3 à réparer

Les Ouvrages d’Art ne sont pas exempts de ce constat alarmant et demandent eux aussi des réparations urgentes. Le réseau routier français non-concédé compte pas moins de 12 000 ponts, dont plus de 30% nécessitent des travaux. A noter que 7% de ces ponts présentent un risque d’effondrement et pourraient être fermés de manière préventive. Or, un pont du réseau routier national ne se voit réparé qu’en moyenne 22 ans après les premières dégradations…

Des budgets fluctuants et insuffisants

En moyenne, l’Etat a dépensé 666 millions d’euros par an, soit 50 000 euros par an et par kilomètre de route, depuis une dizaine d’années pour l’entretien et la gestion du réseau routier non-concédé. Ces budgets se sont avérés bien insuffisants pour entretenir la totalité du réseau…

Selon les cabinets chargés de l’étude, si on continue à dépenser 666 millions par an pendant les 4 prochaines années, il faudra ensuite dépenser 1.3 milliard d’euros par an pendant 15 ans pour que le réseau retrouve son état actuel.

 Une hausse des budgets va donc se montrer plus que nécessaire.

22 Commentaires

  1. L’état des routes secondaires est catastrophique particulièrement en Dordogne ,il y a des accidents car ce n’est pas possible de tenir sa droite tellement il y a des trous et des bosses – Je ne parle pas des routes à grande circulation qui est correct mais des autres routes que nous prenons pour aller au travail – Si vous avez une petite voiture vous vous cassez le dos

  2. petit trous deviendras grand, c’est la raison pour laquelle il existe un panneau « TROUS EN FORMATION » c’est comme accotements dangereux, vous êtes prévenus encore mieux « CHAINES OBLIGATOIRE » comme ça si vous vous planter les forces de l’ordre ou les ponts se régalerons de vous dire vous « N’AVEZ PAS VUS LE PANNEAU » et plein d’aure encore.

  3. L’Etat Français à transformé les Nationales en Départementale pour ne plus avoir à payer les réparations des routes, et a laisser sa à la charge des communes ou les taxes sont déjà surchargé par l’état.
    Y a plus d’argent , donc on fait pas de travaux .
    Ensuite pour passé à autre chose l’état français durcie les contrôle technique pour obligé les français a changer de voiture, alors que les taxes de carburant sont si élevées que les français n’arrive plus a finir leurs mois en mettant du carburant dans leur véhicule pour se déplacé par exemple pour leurs travail.
    Et pour finir le permis à point, un point par ci, un point par la,et quand on a plus de point on peut plus travaillé ,non ?
    On dirait que les gouvernements qui se succèdent s’acharne à coulé la France par tous les moyens
    et à réduire les Français à l’état de pauvreté.
    J’ai l’impression que nous retournons à l’époque de l’URSS ou bientôt il faudra aller chercher son pain avec des tickets de rationnement.
    Finalement ce que l’on appel l’Europe ne serait pas une mafia?

  4. Oui,c’est la logique même que sécurité rime avec réseau routier entretenu mais aussi levée des obstacles voulus,non signalés ou non revêtu de peinture phosphorescente…je veux parler de certains rond-points,ralentisseurs,îlots directionnels surtout les petits que l’on met partout et qui sont invisibles de nuit par temps de pluie,bordures débordantes …tout ce gymkhana infernal dangereux et coûteux qui envahit la moindre des localités de manière grotesque et qui fait naître le soupçon de la fausse facturation(car tout ce qui est frénétiquement too much est louche…)

  5. Urgent donc de trouver de nouvelles ressources pour entretenir notre réseau routier…. dégradé principalement par le transport routier.
    Ce n’est pas en moto que j’abîme grand chose mais merci les « nids de poule » pour rouler en toute sécurité.
    Chaque fois que j’en prends un je remercie les « anciens bonnets rouges » pour l’arrêt des portiques!!!!
    Cela aurait permis de faire payer les transporteurs « de tous les pays » qui roulent en France.
    Par exemple, un transporteur routier français paye une taxe pour rouler chez les flamands, en Belgique.

  6. Le constat de l’état des routes est alarmant.
    Il est de plus en plus incorfortable de rouler sur les routes secondaires françaises.
    Le pire c’est les agglomérations(trous tranchées mal rebouchées plaques d’égout enfoncées.
    Le plus triste c’est les dos d’ânes.Beaucoup trop,ça devient infernale.
    Je roule beaucoup à l’étranger,on en voit très très peu .
    Et on est le pays où on paie le plus d’impôts au monde.Lamentable

  7. Jusqu’à une époque récente on supprimait les points noirs autant que faire se pouvait…
    Ces dernières années on ne fait plus qu’en rajouter: Ronds points intempestifs, Spit-bumps multiples, Chicanes en tous genres, et j’en passe !
    Quand verrons nous cette fâcheuse tendance s’inverser ?
    Sans doute ne serai-je plus de ce monde, et ce sera tant mieux…

  8. Une suggestion : notre ami Coyote ne pourrait-il pas publier une cartographie des routes dégradées, sur la base des signalements que nous pouvons faire ?
    J’avoue d’ailleurs ne pas utiliser cette possibilité de signalement actuellement, car non exploitée autrement que très ponctuellement. Elle n’a pas vraiment d’utilité, car il serait plus simple de signaler les routes en bon état ! Tout conducteur sait qu’il va rouler sur des routes dégradées, et ce qui va le surprendre, c’est ici ou là la qualité de la route, mais un état devenu normal de délabrement !
    Un effort de signalement que je ferai volontiers en revanche si c’était pour alimenter une telle cartographie. Par exemple avec une campagne sur un mois, durant lequel il serait demandé à la communauté Coyote de ne rien laisser passer et de signaler systématiquement toute détérioration de la chaussée.
    La perspective d’une cartographie de la réalité de l’état du réseau routier français me motiverait et motiverait certainement toute la communauté.
    Sans parler du bénéfice politique et médiatique des conclusions qui pourraient en sortir.

    • Bonjour Marc,

      Sachez que je prends bien en compte vos suggestions afin de les faire remonter à nos développeurs 🙂
      Je reste à votre disposition pour toutes autres remarques afin d’améliorer nos services !
      Passez une bonne soirée.
      Sarah de Coyote

  9. La politique de l’autruche depuis longtemps; tout le monde le sait mais on préfère  » faire du fric  » en rackettant les conducteurs et remplir les caisses en laissant tout se dégrader. J’ai même entendu un de ces messieurs au pouvoir dire que finalement c’est salutaire car ça fait ralentir les automobilistes … On croit rêver !

  10. Domicilié en zone rurale le constat empirique que nous faisons au quotidien sur les routes très secondaires est encore bien pire que celui que vous évoquez. Je suis âgé de 67 ans, de mémoire je me rappelle de routes entretenues au vrai sens du terme, depuis au moins 2 décennies elles ne sont plus que rafistolées avec des rustines de goudron / gravier dont la tenue est éphémère et qui provoque de nombreux dégâts sur nos carrosseries et pare brises. Sans compter le risque accru d’accident pour les motards susceptibles de déraper sur le gravier.
    Voyons le côté positif des choses, la dégradation des chaussées détériore prématurément la liaison au sol de nos véhicules qui accroissent le risque d’accident, usent prématurément les organes mécaniques mais font travailler les garages.

  11. l’état des routes que se soit en ville ou en campagne est déplorable. On trouve du budget pour installer plein de radars mais on en a pas pour entretenir les chaussées qui sont vu leurs états des sources d’accidents évidemment les radars ça rapporte l’entretien ça coute cher donc le choix est vite fait (le profit rien que le profit) Les automobilistes sont des vaches à lait et une source intarissable de profit pour l’état

  12. L état ne montre pas l exemple que normalement doit venir d en haut , je suis élu d un petit département , l orne , département pilote dans la qualité de son réseau routier , guy romain , maire de vimoutiers

  13. En fait il serait temps que l’état prenne conscience que les accidents dus à l’état des routes ne sont pas assez comptabilisés dans les statistiques au lieu de systématiquement incriminer la vitesse

  14. L’état ne peut pas investir dans des nouveaux radars haute technologie, et remettre en éta nous route, et les voitures sont de plus en plus sûre tous cela pour roulé à 80 km/h sur route et 120 km/h sur autoroute avec des portions à 110 km/h sur 4 voies le comble. Normal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here