Permis probatoire : quelles contraintes pour les jeunes conducteurs ?

0
358
Personne au volant d'une voiture

Le 1er mars 2004 a vu l’apparition en France du permis probatoire pour les jeunes conducteurs, c’est-à-dire toute personne obtenant le permis de conduire pour la première fois. Sa durée sera comprise entre 1 an et demi pour un apprentissage en conduite accompagnée et 3 ans pour une formation classique ou en conduite supervisée. Rappelons qu’il peut également concerner des conducteurs ayant obtenu de nouveau leur permis après une perte totale de points ou une annulation judiciaire !

Ce permis particulier entraine l’application de règles spécifiques, plus contraignantes, dans le but de responsabiliser les jeunes conducteurs !

Limitations de vitesse spécifiques et gros moteurs

Dans le but de responsabiliser les conducteurs moins expérimentés, des limitations de vitesse plus contraignantes s’appliquent lors de la période probatoire.

Ainsi, sur autoroute la vitesse est limitée à 110 km/h au lieu de 130 km/h. De plus, sur voie rapide, la vitesse est réduite à 100 km/h au lieu de 110km/h. Gare aux radars !

Pas de limite pour les chevaux

Vous serez heureux d’apprendre qu’il n’y a pas de limitation légale imposée aux jeunes conducteurs quant à la puissance de leur véhicule ! Toutefois, tant que vous êtes considéré comme jeune conducteur, le seul inconvénient peut être le prix plus élevé des assurances pour un véhicule à forte motorisation.

Alcool au volant, suspension de permis et disque A

Depuis le 1er juillet 2015 , l’alcoolémie autorisée pour les jeunes conducteurs en permis probatoire a été fixée à 0,2 g/l d’alcool dans le sang. Rappelons tout de même, que le moindre verre suffit à dépasser ce taux ! Cette infraction entraîne un retrait de 6 points, autrement dit, vous perdez votre permis si vous l’avez depuis moins d’un an et que vous êtes contrôlé positif ! De plus, vous risquez un retrait de permis en cas d’alcoolémie trop élevée.

Enfin, dernière autre contrainte s’appliquant aux jeunes conducteurs : l’affichage du disque A « apprenti conducteur ». Il est obligatoire et doit être placé sur la carrosserie ou le pare-brise arrière du véhicule.

Obtention et nombre de points en période probatoire

Une augmentation progressive

Au début de la période probatoire, vous ne disposez que de 6 points au lieu de 12 ! Ce capital de départ augmente progressivement d’année en année en l’absence d’infractions dites « privatives de points », et dépend du type de formation que vous avez suivi.

En effet, à l’issue d’une formation classique vous disposez de :
– 6 points à l’obtention de votre permis ;
– 8 points après un an ;
– 10 points après 2 ans ;
– 12 points après 3 ans.

En revanche, à l’issue d’un apprentissage en conduite accompagnée, vous disposez de :
– 6 points à l’obtention de votre permis ;
– 9 points après un an ;
– 12 points après 2 ans.

Une durée variable et affectée par la moindre infraction

Vous aurez donc remarqué que la période probatoire du permis de conduire est plus courte d’un an pour la conduite accompagnée, et que le nombre de points augmente plus vite. C’est en effet un des arguments principaux de ce type d’apprentissage de la conduite. Toutefois, des formations dites « post-permis » permettent de réduire encore cette durée à 1 an et demi pour la conduite accompagnée, et à 2 ans pour les autres apprentissages.

Bien évidemment, il faut rappeler que l’obtention des points supplémentaires n’est possible qu’en l’absence d’infraction ! Des stages de récupération de points existent. Si vous commettez une infraction privative de 3 points ou plus, ceux-ci seront obligatoires, mais s’il s’agit d’une infraction privative de moins de 3 points. En revanche, vous pouvez y assister volontairement pour les récupérer.

Dans tous les cas, le décompte de votre période probatoire recommencera à zéro à partir de la date de la dernière infraction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.