logo

Le col du Stelvio à moto :
un voyage à sensations fortes

Les amoureux du deux-roues l’ont tous ajouté à leur « to do list ». Certains l’ont déjà coché et recoché. D’autres attendent encore de partir à l’aventure. Le col du Stelvio est un périple à parcourir au moins une fois dans sa vie. Cette route italienne, qui serpente entre les Alpes, est devenue un lieu de pèlerinage pour tous les motards européens. Zoom sur le Passo dello Stelvio, le paradis italien de la moto.

Le col du Stelvio à moto :
un voyage à sensations fortes

Les amoureux du deux-roues l’ont tous ajouté à leur « to do list ». Certains l’ont déjà coché et recoché. D’autres attendent encore de partir à l’aventure. Le col du Stelvio est un périple à parcourir au moins une fois dans sa vie. Cette route italienne, qui serpente entre les Alpes, est devenue un lieu de pèlerinage pour tous les motards européens. Zoom sur le Passo dello Stelvio, le paradis italien de la moto.

Un peu d’histoire

A 2758 mètres, le Passo dello Stelvio est le deuxième plus haut col routier d’Europe. Là, entre les sommets italiens et suisses, se trouve une route vertigineuse qui relie la province de Bolzano et la Valtellina. Située au nord de Bormio, ancienne station thermale romaine aujourd’hui devenue une station de sports d’hiver, le col du Stelvio est limitrophe à la Suisse.

Cette route désormais mythique a été tracée entre 1820 et 1825 par l’ingénieur Carlo Donegani afin de relier l’empire d’Autriche à la Lombardie. Le col du Stelvio marquait alors la frontière entre l’Italie et l’empire austro-hongrois, jusqu’à ce que la fin de la Première Guerre mondiale signe l’extension du territoire italien.

Aujourd’hui, le Passo dello Stelvio reste inchangé, malgré quelques aménagements d’entretien et de sécurité.

Une soixantaine de virages en épingle

Pour parcourir le col du Stelvio à moto, deux mots d’ordre : agilité et concentration. Avec un dénivelé de 1871 mètres, cette route compte plus de soixante virages en lacet, dont la plupart sont très ardus. Ses pentes à 15% et sa déclivité à 7% en ont fait un lieu mythique pour les motards. Le Passo dello Stelvio a par ailleurs été élu plus belle route du monde par Top Gear, une émission très populaire de la BBC.

Si le revêtement et l’adhérence de la route sont en bon état, il faut néanmoins rester prudent. Côté Ouest, les protections vis-à-vis du ravin ne sont pas optimales. Attention également lors des passages sous tunnel, où la visibilité est réduite. Klaxonnez avant de vous engager.

Un périple tyrolien et lombard

Le col du Stelvio est devenu un lieu de rassemblement pour des milliers de motards européens. Comme le témoigne sa pancarte de bienvenue, il s’agit désormais d’une route culturelle, qui voit chaque été se croiser de nombreuses nationalités.

Cette diversité est également renforcée par la situation géographique du Passo dello Stelvio. Au pied du Piz da las Trais Linguas (le Pic des Trois Langues), la route est le carrefour de trois zones linguistiques distinctes : le romanche dans le Canton des Grisons, en Suisse ; l’allemand, provenant du Sud-Tyrol autrichien, dans le Trentin-Haut-Adige, une région autonome de l’Italie ; et, naturellement, l’italien en Lombardie.

Une route accessible en été

Le col du Stelvio est ouvert de juin à septembre, avec une forte affluence lors des mois de juillet et août. Un jour par an, la route est exceptionnellement fermée pour l’ascension du col par les cyclistes (le Stelvio Bike Day) ; renseignez-vous bien avant d’organiser votre voyage à moto.

Le Passo dello Stelvio est accessible depuis trois routes : deux se trouvent en Italie et une en Suisse. Sur le territoire italien, la plus réputée est la route SS38, qui relie Bormio à Trafoi. Depuis la Suisse, c’est le col de l’Umbrail (Umbrailpass) qui rejoint celui du Stelvio en amont.

Un itinéraire légendaire

Que ce soit en descente ou en montée, le col du Stelvio offre des sensations de conduite exceptionnelles. Entre de nombreux virages et un cadre rural et aride, le voyage vaut évidemment le détour. Plusieurs itinéraires sont proposés par les habitués et par les compagnies de road-trip organisé. Nous vous proposons le nôtre : un périple légendaire de quatre jours pour ne rien manquer.

Un départ en Suisse

Nous vous conseillons de partir de Davos, en Suisse. Il faut alors longer le col de la Fluëla (Flüelapass). Entre sommets, prairies et lacs, une route étroite à virages réguliers descend jusqu’à la route 27 qui longe l’Inn et rejoint Zernez. C’est le moment idéal pour découvrir ce charmant village et faire le plein d’essence.

Partez ensuite sur la route 28, au milieu du Parc national suisse. 40 minutes suffisent pour atteindre la commune fleurie de Santa Maria Val Müstair, dans le canton des Grisons. Là, les locaux parlent le romanche mais savent manier l’anglais, l’allemand et l’italien. Profitez d’une nuit dans un hôtel avant de partir à l’assaut de la frontière italienne.

Deux cols à la suite

Depuis le Val Müstair, empruntez le col de l’Umbrail (Umbrailpass), le plus haut col routier de Suisse avec 2503 mètres d’altitude. Entièrement goudronnée depuis 2015, la route alterne entre virages serrés, lignes droites et larges courbes. Amateurs de virolos et de vitesse y trouveront leur plaisir.

Le col de l’Umbrail mène directement à celui de Stelvio. L’intersection se trouve un peu en amont de la fameuse descente vertigineuse que l’on trouve sur toutes les cartes postales. C’est donc parti pour des sensations de conduite extrême. Sur la route, vous trouverez quelques boutiques de souvenirs, des hôtels, des restaurants et des bars, ainsi que des parkings gratuits pour profiter de la vue.

A la découverte du Tyrol du Sud

La SS38 continue jusqu’à Bolzano, où vous pouvez vous arrêter pour la nuit. Après l’arrivée à Trafoi, la route s’avère beaucoup moins intéressante pour les passionnés de sensations fortes. Néanmoins, nous vous recommandons de continuer le chemin jusqu’à rejoindre doucement les Dolomites, massif inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Un paysage époustouflant vous y attend ! Ne manquez pas le lac de Carezza, l’un des plus beaux du monde.

Pour retrouver la France, plusieurs solutions s’offrent à vous, selon votre temps, votre budget et vos envies. Vous pouvez faire la même route dans le sens du retour pour affronter une seconde fois le col du Stelvio à rebrousse-poil. C’est également l’occasion de continuer le road trip en Autriche et de retrouver votre point de départ en Suisse. Ou bien, si l’Italie vous a charmé, il est possible de traverser le Nord par Milan et Turin avant de rejoindre la région Rhône-Alpes.

Si vous manquez d’adrénaline et de frissons, alors le col du Stelvio est fait pour vous. Embarquez à dos de votre cylindrée et affrontez les virages en lacet de la SS38 pour des conditions de conduite extrême. Descendre cette route légendaire est une expérience unique, où l’on fait le plein de sensations fortes et de rencontres peu communes.