Quelles alternatives pour nos carburants ?

8
5695
Canne à sucre

Alors que nos réserves pétrolières se font de plus en plus basses (on estime qu’il y a un risque de pénurie d’ici 50 ans si l’on continue à consommer au même rythme) et que la lutte contre le dérèglement climatique s’intensifie, la question des carburants alternatifs s’impose.

Troquer les énergies fossiles pour des énergies renouvelables est devenu l’un des enjeux essentiels du secteur automobile ! Quelles alternatives s’offrent aux constructeurs ?

Les différents carburants alternatifs

Les premières alternatives au pétrole et au gasoil se sont développées durant les crises pétrolières avec l’apparition d’autres hydrocarbures. Ensuite les recherches ne sont dirigées vers les énergies renouvelables dans une perspective écologique.

L’électricité

L’électricité reste l’alternative favorite des constructeurs automobiles pour remplacer l’essence et le gasoil. Développée en 1830 par l’écossais Robert Anderson, la voiture électrique envahit le marché automobile aujourd’hui. Rechargée grâce à des bornes électriques, la voiture électrique n’émet pas de CO2 lorsqu’elle roule. Les modèles les plus récents ont presque autant d’autonomie que les voitures thermiques et bénéficie d’une énergie simple à produire et renouvelable.

Découvrez notre article sur les idées reçues concernant la voiture électrique afin d’en savoir plus !

Les biocarburants

Le biocarburant est produit à partir de la biomasse, c’est-à-dire de matière première animale ou végétale ! Pour le biocarburant diesel, on utilise majoritairement des végétaux transformés afin d’obtenir du bioéthanol auquel on ajoute une part de gasoil issu d’énergie fossile. Pour le biocarburant essence, on mélange de l’éthanol issu de végétaux tels que la canne à sucre ou la betterave avec de l’essence classique.

Cette solution ne permet pas de remplacer complètement l’essence et le gasoil mais d’en réduire l’utilisation.

Les hydrocarbures

Les hydrocarbures fossiles sont le résultat de la transformation du charbon ou du gaz naturel afin d’obtenir des solutions liquides telles que le GPL ou le GNV. Cette solution permet d’utiliser une autre ressource que le pétrole mais cette alternative reste dépendante d’énergies fossiles, limitées et polluantes.

Certains constructeurs automobiles ont exploré encore d’autres alternatives telles que le dihydrogène (H2) ou les procédés Fischer-Tropsch mais il semblerait que l’option électrique s’impose chaque année un peu plus. La transition vers des carburants alternatifs risque de s’accélérer puisque les nouvelles mesures gouvernementales nous dirigent vers la fin des véhicules thermiques.

8 Commentaires

  1. Adieu la voiture. Ceux qui croient qu’il y aura encore des voitures dans le futur se bercent de rêves. Pourquoi me direz-vous? Tout simplement que tout ce qui est évoqué dans l’article, ainsi que la voiture elle-même, nécessitent des matières premières et de l’énergie et c’est ce dont nous manquerons dans le futur… sans matières premières, sans énergie, pas de voitures. Le futur de la mobilité, c’est la marche à pied, à la limite c’est un cheval attelé à une cariole. Rassurez-vous vous avez encore un peu de temps pour apprendre le métier de palefrenier…. mais qui sait, ça peut arriver plus vite que prévu.

  2. Je ne comprends pas ce que l’on va faire avec les voitures électriques….??
    Pourquoi ne pas aller tout de suite vers les voitures à hydrogène, cela aurait couter bien moins cher et beaucoup moins d’emplois perdus…??
    Je me demande en France si on est pas condamné à toujours tout faire les choses à l’envers….??
    C’est dingue !!

  3. Je pense que le tout électrique est une hérésie totale : le prix d’achat est excessif et le prix de remplacement des batteries au bout de 8 ans est inconnu. De plus leur recyclage risque de couter très cher . Aussi leur production est majoritairement chinoise. Donc notre indépendance est mis à mal. La solution à court terme est l’ E85 biocarburant renouvelable produit en France à partir du blé ou de la betterave A moyen et long terme l Hydrogène est certainement la solution pour notre indépendance énergétique et pour la lutte contre la pollution . Je ne comprends pas la stratégie des constructeurs européens qui scient la branche sur laquelle ils ont fondé leur force en développant une industrie automobile performante, en laissant la place aux asiatiques

  4. le sujet est déjà tranché … les bio-carburants sont désormais un non-sujet :
    Les constructeurs automobiles annoncent les uns après les autres leur abandon total de la commercialisation de véhicules à moteur thermique
    Pour les plus ambitieux c’est dès 2025 (Jaguar) et pour la plupart c’est 2030…. avec fin des développements techniques en 2025… Il est capital de comprendre que (meme si on peut discuter du bien fondé) ce renversement technologique vers le full-electrique est irréversible …

    • L’irréversible n’est pas
      La politique d’un jour n’est pas celle du lendemain
      Les investissements des constructeurs pour l’électrique Doivent être rentabilisés
      Ce qui ne veut pas dire que ces deniers ne savent pas que l’avenir sera différent

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.